Ah tiens ! Aujourd'hui, ma mère a été traitée de pute par un automobiliste.

Alors que c'est moi qui circulait à vélo.

Explications.

#velotaf  #bordeauxmaville

Bon ok, il n'était pas à sa place l'automobiliste (arrêté à un feu - rouge - sur le sas vélo, en prolongement de la voie de bus), me suis frayé un chemin, lui ai donné deux grandes claques sur son pare-brise, parce que bon, hé ! C'était à moi d'être là, pas à lui !

Évidement il n'a pas apprécié. Bénéficiant d'un M12f, j'ai nonchalamment continué mon chemin, il a brûlé le feu pour me rattraper.

À ma hauteur il baisse la vitre passager, sans efforts grâce à sa commande électrique, et me lance « T'es un fils de pute toi ! » « T'es un vrai fils de pute ! ».

Mais oui ! C'est vrai ! Il me dit ça parce que j'ai touché à sa voiture.

Je fais le perroquet : « T'es un fils de pute toi ! Un vrai fils de pute ! » (en exagérant à peine son accent "Cités de Dordogne")

(Petit conseil : souvent on est désemparé devant les insultes des automobilistes. Faites le perroquet, avec un peu de chance ils se trouvent cons - oui, je sais, je rêve 😁️)

« Ta mère c'est une pute ! » « Ah bon ? » (je n'étais pas spécialement au courant) « Ouais ! Ta mère c'est une pute ! »

(c'est réducteur : elle a fait plein d'autres choses bien aussi ! )

« Mais oui c'est vrai ! Elle m'a parlé d'une petite bite en Audi A3 ! C'était toi ? »

« Fiiiiisse de put' ! » siffle-t-il, et il se barre.

(Punaise les mecs ! Ouvrez des livres de temps en temps ! Là franchement, quelle pauvreté argumentaire !)

800 mètres plus loin, il est arrêté par un feu rouge. Sur le sas vélo. En prolongement de la voie de bus. Il est important de bien répéter ses erreurs.

Je le rejoins (sans forcer). Il me voit. Il re brûle ce feu pour se barrer...

Je le rejoins à nouveau. C'était drôle : il s'échappe, feu rouge, il s'arrête (toujours sur la voie de bus ou sur un sas vélo, hein. Il n'aime visiblement pas attendre derrière les voitures déjà là). Je le rejoins. Il me voit. Il brûle à nouveau le feu. Et ainsi de suite jusqu'à la place de Stalingrad (puis j'ai fait demi tour) (j'avais d'autres choses à faire, quoi !)

(oui, tout à l'heure les feux de l'avenue Thiers jouaient pour moi)

Le plus drôle c'est que... Il imaginait quoi avec ses insultes ? Qu'il allait me vexer ? Me faire peur ? Mort de rire !

Me poursuivre ? Me renverser ? Moi bien plus mobile en milieu urbain grâce au vélo ? Dans ses rêves ! Pauvre garçon à casquette coincé dans son Audi immatriculée en Dordogne !

(faut savoir que l'histoire se passe à Bordeaux et que les bordelais - syndrome Capitale régionale - rigolent souvent de leurs voisins départementaux. Moi je suis bordelais d'adoption, mais, dans une louable volonté d'intégration, je me conforme aux traditions locales. C'est pour cela que je précise l'origine résidentielle de l'individu.)

Le truc, c'est que j'aimerais bien être une petite souris pour voir comment il va raconter l'incident à sa meuf.

Euh ! Non ! Pardon ! À ma mère !

Disparates

Écrire un commentaire

Quelle est la dernière lettre du mot haul ?

Fil RSS des commentaires de cet article